Les engrais verts, une alternative naturelle à adopter

Les engrais verts, une alternative naturelle à adopter

Il en est fini de la vente de pesticides de synthèse. Depuis le 1er janvier, la mise sur le marché et la vente de ces produits aux jardiniers amateurs sont tout simplement interdits. Pour autant, le jardinier doit faire face aux pucerons, doryphores, mouches, chenilles, vers du poireau, escargots et limaces et bien d’autres nuisibles qui s’attaquent aux cultures et aux plantes ornementales. Fort heureusement, il existe de nombreuses astuces naturelles pour limiter les dégâts. Entre la rotation des cultures, le recours aux cultures associées, l’installation de pièges faits maison, l’association des plantes, les purins, les voiles anti-insectes, les alternatives saines pour la santé et pour l’environnement sont légion. En marge, rien de tel que de recourir aux engrais verts pour améliorer la fertilité et la structure du sol tout en donnant un aspect ornemental à l’extérieur. Gros plan sur les engrais verts, des engrais « miracle ».

Quelles sont les plantes à privilégier ?

Rien de tel que de semer un mélange de plantes dites « engrais vert » pour bénéficier d’avantages simultanés. Les graminées grâce à leurs racines permettent de fendiller un sol argileux, compact et donc de faciliter son aération. Il peut s’agir également de la vesce, du trèfle incarnat qui s’adapte d’ailleurs à tous les types de sols ou encore de seigle cultivé qui ameublit en particulier le sol. La phacélie est également parfaite tant elle attire les abeilles, indispensables à la pollinisation des plantes. Et parmi les nombreuses plantes possibles, le lupin est incontournable. Et pour cause, non seulement il apporte de l’humus, fixe l’azote, mais il permet de rendre disponible le phosphore présent dans les couches inférieures du sol. En parallèle, ses racines aèrent le sol et c’est, sans nul ne doute, une plante très ornementale. Ses fleurs en corolles papilionacées forment des grappes terminales décoratives. Idéales pour les massifs, les grandes jardinières sur les terrasses ou encore pour délimiter des allées dans le jardin. En effet, le lupin est une belle plante vivace, la floraison des lupins est généreuse et abondante. 

Quelles sont les utilités des engrais verts ?

Les plantes « engrais verts » comme le lupin par exemple sont de véritables pompes à nitrates, à potasse, à soufre et autres sels minéraux solubles dans le sol. En somme, les engrais verts stockent les précieux nutriments dont les plantes ont besoin pour se développer correctement. Mais aussi, elles les mettent à l’abri du lessivage pendant les périodes les plus pluvieuses de l’année. En parallèle, leur présence protège le sol de l’érosion. La présence de plantes engrais verts étouffe les plantes indésirables qui ne peuvent alors pas se développer. Leurs racines fissurent le sol et améliorent alors sa perméabilité à l’air et à l’eau. Ces plantes aident également à réguler le pH du sol. Une fois desséchées, elles peuvent servir pour pailler le sol ou laissées sur place. Dans tous les cas, elles se transforment alors en engrais naturel. Bref, elles permettent de jardiner sans effort. 

Comment et quand semer les engrais verts ?

Les engrais verts se vendent dans le commerce sous la forme de graines. Les graines se sèment à la volée, sur un sol fraîchement défriché et ameubli légèrement. Il ne faut absolument pas bêcher le sol. À l’aide d’un râteau, il faut alors recouvrir les graines d’un peu de terre avant de tasser là encore, très légèrement. Certaines plantes comme les lupins sont vivaces et il ne faut alors dans ce cas que couper les tiges et les feuilles au ras du sol à l’automne. 

Au printemps, avant les cultures d’été au potager en particulier, les engrais verts se sèment alors. Il est préférable de les semer à la volée dès la fin mars ou en avril dépendamment du climat. Une fois que les plantations commenceront à s’étaler, mieux vaut couper l’engrais vert à la faucille et pailler le sol. À la fin de l’été ou à l’automne, dès que les cultures prennent fin au potager, rien de tel que de semer l’engrais vert. Bien entendu, en amont, mieux vaut couper les tiges et les feuilles des plantes, laisser les racines en place. 

Dernière astuce de jardinier, mieux vaut éviter de semer de la moutarde, du colza, de la navette même s’ils sont d’excellents engrais verts aux côtés de choux, de navets, de radis ou autres brassicacées, car ils possèdent des maladies et des ravageurs en commun. Tout comme il n’est pas préconisé de semer de la vesce aux côtés d’une culture de haricots, de pois, d’oignons, d’ail et d’échalote, ces derniers étant peu friands de l’azote apporté par la vesce. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *