Cheminée ou poêle à bois, que choisir ?

Cheminée ou poêle à bois, que choisir ?

Avec des saisons froides frôlant souvent des températures particulièrement basses, il peut s’avérer rapidement utile pour vous de disposer d’un moyen de chauffage fiable à porter de main. Le chauffage au bois présente encore aujourd’hui un intérêt certain pour beaucoup d’entre nous. Et si vous êtes désireux de vous faire installer un tel mécanisme de chauffage, encore vous faudra-t-il savoir lequel est le plus adapté à répondre à votre sollicitation. Si les premières appréhensions qualifient la cheminée de rustique et le poêle de contemporain, il faut dire que rien n’est vraiment arrêté.

De nombreux adeptes de la cheminée traditionnelle continuent d’apprécier l’ambiance conviviale et chaleureuse qu’elle procure, faisant fi des performances énergétiques limitées qu’elle peut présenter. De plus, l’offre est aujourd’hui tellement vaste et riche qu’elle vous donne la possibilité de trouver votre bonheur, quel que puisse être le style que vous recherchez.

Tendance marquée sur le marché : la cheminée sur mesure traitée comme un objet de décoration. Il s’agit le plus souvent d’un foyer encastré dans un coffrage ou directement dans le mur auquel on ajoute un cadre clipsé qui peut se changer au gré des envies et des modes.

Alliant le spectacle du feu au rendement d’un foyer fermé, un poêle s’avère un excellent moyen de se chauffer de façon ponctuelle et autonome. De plus, il ne nécessite pas de travaux lourds, se démonte facilement et peut même être déplacé en cas de déménagement. Comme une cheminée, il nécessite le plus souvent un conduit d’évacuation des fumées. Dernier recours : le foyer au bioéthanol…

Et s’il est vrai que le rôle à remplir est essentiel, votre prise de décision sur le choix entre cheminée et poêle à bois est surtout guidée par un ensemble complexe d’exigences à prendre en compte confronté au potentiel des technologies des installations proposées.

Les exigences du choix entre cheminée et poêle à bois

L’encombrement de votre habitat est le premier critère de sélection entre la cheminée généralement très gourmande en espace et le poêle à bois beaucoup plus conciliant. Bien entendu, l’emplacement de votre dispositif de chauffage au bois s’imposera de lui-même s’il existe déjà un conduit d’évacuation des fumées dans votre logement. De plus, selon la nature de ce conduit, vous pourrez l’exploiter et l’adapter pour limiter les coûts d’un éventuel investissement.

Sachant qu’il vous faut adosser la cheminée à un mur, approximativement un mètre pour un modèle standard, vous pourrez opter pour des modèles en angle afin d’éviter d’occuper un trop grand espace sur un pan de mur. Bien sûr il vous faudra vous assurer de la nature du sol et sa capacité à supporter le poids et la chaleur de votre appareil de chauffage au bois. Vous pourriez être contraint d’installer une dalle béton pour le renforcer.

Pour des espaces réduits, vous pouvez donc choisir entre une cheminée encastrée qui disparaît dans le mur ne laissant que le foyer visible pour un effet très moderne, un petit modèle de cheminée qui n’occupe que 60 à 70 cm de large pour un bon rendement, un foyer vertical qui offre une belle vue sur les flammes, ou alors un poêle à bois.

Car ce sont sur les grands espaces à meubler que la cheminée peut pleinement s’exprimer et devenir l’objet de toutes les audaces. Vous aurez alors à choisir entre une cheminée centrale à foyer fermé posée au sol ou suspendue au plafond par son conduit et dans certains cas pivotant, ou une double face idéale pour délimiter les espaces qui est une assez bonne alternative aux cloisons dans l’optique de permettre une vision des flammes depuis deux pièces contiguës, comme le séjour et la salle à manger, par exemple.

À la fois économique et rentable, le bois permet d’atteindre d’excellents rendements pour une très faible émission de CO2 et un coût nettement inférieur aux autres sources d’énergie.

Alors, si le chauffage est votre principale préoccupation, c’est le poêle qui l’emporte sur la cheminée.

Vous pouvez néanmoins faire le choix entre un foyer fermé affichant un meilleur rendement qu’un foyer ouvert, un récupérateur de chaleur installé dans l’âtre de la cheminée pour redistribuer la chaleur réputée perdue, ou tout simplement un poêle (poêle de masse ou poêle à convection) pour sa facilité d’installation et sa faible consommation.

Dans le cas où vous jugez l’esthétique essentielle, suivez la flamme verte qui assure la promotion des appareils de chauffage au bois entre inserts, foyers fermés et poêles qui proposent un rendement supérieur ou égal à 70 % et qui dégagent moins de 0,6 % de taux de CO2 dans les fumées. Le foyer ouvert vous permettra de ne rien louper du spectacle du feu.

Le type d’habitat dont vous disposez est pertinent, car il existe des contraintes administratives et réglementaires. Si la cheminée est plus encadrée, n’ayez pas de souci à vous faire, vous pouvez toujours avoir un poêle à granulés facile à stocker et au rendement dépassant les 80 %. En plus, il ne requiert pas de conduit, une simple ventouse suffit.

Question budget, impossible à dire de façon certaine sans une étude détaillée des besoins réels sur le terrain, les coûts liés à la mise en œuvre d’un poêle ou d’une cheminée. Mais, en tenant compte des aspects généraux de contraintes d’installation du dispositif comme la présence ou non d’un conduit de fumée, la gestion des arrivées d’air, la durée d’installation et la technologie de l’appareil, il est possible de supposer qu’un poêle revient en général moins cher qu’une cheminée.

Quelques appareils entre cheminées et poêle à bois

La cheminée

Installé et dissimulé derrière une cheminée, le foyer fermé produit de la chaleur par rayonnement au travers de sa vitre en récupérant l’air frais de la pièce en partie basse pour le diffuser à température ambiante dans la pièce par le haut de la hotte de cheminée. Il présente un bon rendement énergétique à environ 70%.

Le foyer à bûches offre une véritable convivialité avec la vue sur la flamme et l’usage authentique du bois. Le foyer à granulés propose une utilisation plus autonome grâce à la programmation, et une température homogène dans l’ensemble de l’habitation. Les granulés de bois sont certes plus chers que les bûches, mais l’entretien d’un foyer à granulés plus facile à réaliser.

Pour sa part forte de son esthétique, la cheminée à foyer ouvert a les allures d’une niche aménagée dans le mur de l’habitation qui communique avec l’extérieur par un conduit maçonné assurant l’évacuation des fumées. Si son aspect décoratif est flatteur, son très faible rendement énergétique autour de 15% et sa forte propension à émettre des polluants dans l’air laisse vraiment à désirer.

Toutefois, la cheminée traditionnelle à foyer ouvert peut désormais s’inscrire dans la droite ligne des appareils de chauffage de votre intérieur avec l’installation d’un insert. Encastrée dans une cheminée à foyer ouvert préexistante, cette chambre de combustion métallique transformera votre foyer ouvert en foyer fermé en augmentant considérablement son rendement entre 20 et 80% pour les modèles les plus performants. Il a l’avantage d’émettre jusqu’à dix fois moins de CO2 que le foyer ouvert, et d’être compatible avec tous les combustibles entre bûches et granulés.

Le poêle à bois

Fonctionnant comme une cheminée, le poêle à bûches permet de chauffer l’habitat par le rayonnement produit durant la combustion du bois. Son rendement est assez conséquent entre 60 et 80% et son autonomie va à quelques heures pour une inertie thermique relativement limitée.

Apte à fonctionner par tout temps y compris en votre absence grâce à son réservoir et son système d’autogestion, le poêle à granulés chauffe votre intérieur via la combustion de granulés de bois. Il présente pour vous le net avantage de pouvoir imposer la température ambiante au besoin grâce à un module programmable. Très efficace, son rendement se situe entre 80 et 90%.

À la différence des poêles classiques, le poêle de masse chauffe la pièce par restitution de chaleur accumulée grâce aux matériaux qui le constituent. Il dispose d’une autonomie comprise entre 8 et 20 heures. Pour un bon rendement et une adaptation facile sur surface moyenne ou grande, il reste quelque peu volumineux et même onéreux.

Le poêle bouilleur ou poêle chaudière

Le poêle bouilleur ou poêle chaudière est un poêle qui allie les avantages du poêle à granulés à ceux d’une chaudière. Équipé d’un système d’eau chaude, il peut être exploité comme élément de chauffage central de l’habitation. Il présente l’avantage de produire de l’eau chaude, donc de chauffer l’ensemble de l’habitation et pas uniquement la pièce principale.

Il vous reste plus qu’à faire votre choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *